Job: English Teacher

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>

Je n’ai jamais eu de problèmes avec les surveillants. En général, l’entente est cordiale et les échanges positifs. Ils font leur travail, je fais le mien, tout va bien. Ils sont nombreux, et cette année, il y a eu beaucoup de contrats non renouvelés, donc beaucoup de nouveaux arrivés. Je ne les connais pas encore tous, certains ne travaillent que quelques heures par semaine, et si ces heures-là sont quand je ne suis pas au collège, je les croise peu.

Un de ces nouveaux surveillants a le même nom que moi. Les élèves le savent mais ils l’appellent par son prénom, moi je m’en fiche pas mal. Appelons-le Beatricio.

Je le croise, nous nous disons bonjour depuis la rentrée. Rien de plus. Semaine dernière, je surveille une heure de colle [oui, je surveille les élèves que je colle, sur mes heures de cours si possible, sinon je reste une heure de plus, j'en profite pour corriger des copies sans internet, sans Facebook, sans twitter...], Beatricio ramène un élève qui me cherchait pour effectuer sa retenue. L’élève s’installe, je lui donne le travail. Beatricio est toujours là. Je le regarde, il me dit: "Les élèves pensent que je suis ton frère". Moi "pardon?" Lui: "Et bien oui, très chère nous avons le même nom" Moi: "euh… on en reparle" (en regardant les élèves collés).

Zen zen zen, on s’est jamais parlé, il me tutoie, me raconte sa vie et m’appelle TRES CHERE devant des élèves. Tout va bien.

On le charrie un peu avec les collègues en salle des profs, le pauvre se croit intéressant, intelligent et drôle. Tout le monde le trouve insupportable.

Ce matin (un lapin…)

J’envoie Steeve dans le couloir. Ses réflexions sur le verbe "put" et ses rires me fatiguent. Couloir 5 minutes, ça le fera réfléchir. Bon, pour les non-profs, en théorie, je n’ai pas le droit, l’élève doit rester sous ma surveillance. Cependant, je le fais de temps en temps, pour que l’élève se calme. Steeve est donc dans le couloir depuis quelques minutes. Quelqu’un frappe à la porte, je m’attends à ce que Steeve demande à revenir en classe. Mais que nenni, Beatricio ouvre la porte, sans me regarder, sans dire bonjour, rien, dis à Steeve "allez, va t’asseoir" et me dit en me regardant "s’il recommence, tu me l’envoies" puis ajoute en parlant bien plus fort "je lui donnerai une punition bien longue qui lui fera passer l’envie de recommencer".

Les élèves sont en train de copier la trace écrite (= le leçon), tout est calme, je n’ai pas envie de les perdre et pas envie de régler "ça" devant eux. Je bous, je bous, je bous.

Cours suivant, mes gentils 4e tout mimi choupi arrivent. Le groupe est composé de plusieurs classes, ils arrivent au compte-goutte. Béatrice (ouiiiii, y’en a une qui s’appelle presque comme moi ) et sa copine arrivent environ 18 secondes après que j’ai fermé la porte. Elles frappent, je suis juste derrière la porte, je l’ouvre, elle entrent en disant "Désolées du retard", je leur souris. Tout va bien, ça arrive tout le temps avec ce groupe. Dans la foulée, je vois Beatricio arriver et demander aux deux élèves leur carnet car elles sont en retard. Il est juste à côté de moi (sur le pas de porte donc), j’interviens en disant "non, non, tout va bien, elles ne sont pas en retard". Il prétend qu’elles traînaient dans les couloirs. Bon, soit, je ne peux le vérifier. Mais là où j’ai halluciné c’est quand il est entré dans la salle, me passant devant donc (je dois être transparente), pour aller chercher le carnet des deux élèves, a pris tout son temps pour leur mettre une croix dans le permis à point et les engueuler.

Là, sous mes yeux, dans ma classe, pendant mon cours.

BOUILLIR. Mais se contenir devant les élèves. Se contenir. Se contenir. On règlera ça plus tard.

Midi, il était déjà parti. J’enrageais de ne pas pouvoir lui expliquer ce que je pensais de ses deux interventions. Je ferai ça demain. Les collègues sont tous d’accord avec moi, il a clairement dépassé des limites. Et comme m’a dit une collègue "ah oui… marque ton territoire!!".

Dans ma classe, c’est moi qui gère. Point. Et merci de s’adresser à moi avant de s’adresser aux élèves.

Voir les commentaires

Published by Beatrix -

Voilà 8 jours que la saison 7 de "Beatrix dans le pré" a commencé. J'en ai beaucoup parlé sur twitter, voici venu le temps de faire un premier bilan.

Saison 7, J- 10. Dring dring... Le Principal laisse un message sur mon téléphone me demandant de le rappeler, il a un service à me demander.

Je ne rappelle pas: 1/ je suis en vacances 2/ je suis à l'étranger 3/ ça me coûterait un bras.
J'envoie un mail. Il recherche un professeur principal...

Sauf que moi, PP-nounou-gendarme, ça ne me tente pas du tout. Je réponds poliment, je ne souhaite pas être PP.

Saison 7, J-3/2, un peu de stress, pas pour les élèves, pas pour les cours mais pour les salles et les collègues. pas envie d'être à nouveau sdf de salles pendant que mes collègues sont installés dans LEUR salle... pas envie de revivre une année où on m'adresse peu/pas la parole.

Toujours J-3/2, l'emploi du temps. Gloups. SDF de salle. Je me revois tout promener d'une salle à l'autre, je prévois déjà 14 plans de classe. Brrrr

Saison 7, premier épisode. Pré-rentrée.

Tellement motivée que j'arrive 1 minute avant la réunion, en ayant pris soin d'éviter l'accueil-café-croissant.
Je ferai vite le tri des collègues 1.sympas / 2.plutôt sympas / 3.à éviter. Comment? En comptant ceux qui viennent dire bonjour quand on se croise.

1. Les collègues sympas/super sympas viennent me voir en disant "oh je t'avais pas vue" et me claquent la bise.

2. Les collègues moyennement sympas disent bonjour quand on se croise, pas le choix, on se croise. "Ah, salut, ça va"

3. Les autres, qui ignorent. Bien, ignorons nous.

Coordo et Autre-Collègue-Trop-Con entrent dans la catégorie 2 et 3. Bon.

Plusieurs (et beaucoup plus que je ne le pensais en fait!) collègues entrent dans la catégorie 1. Beaucoup dans la 2e. Quelques uns dans la 3e, notamment les profs de baballe et les profs de compas.

Réunion du matin, de l'après-midi,.. réunion de l'équipe de langue. Je pleure sur mon sort... enfin, je pleure pas, mais je fais la fille dépitée, dégoûtée, je leur dis que j'en ai marre de me promener sans arrêt... et là, ô miracle, Coordo dit "non, mais on va alterner!" Donc, nous alternons. Jacqueline n'alterne pas, elle reste dans SA salle avec des affiches des années 80, mais nous 3, nous alternons.

Là où j'ai été encore plus surprise, c'est quand Coordo et A-C-T-C se sont mis à me parler de leur progression. En juillet, j'avais passablement aimé devoir passer à la question concernant mes progressions pour certains niveaux sans rien avoir en retour, là, j'ai tout su. On me propose même de bosser en parallèle/ensemble.

Waw!!!

Le bizutage prendrait-il fin? Etre enfin à temps plein dans ce bahut changerait-il le regard des collègues?

Il semblerait que cela se vérifie! Trois collègues m'ont demandé où j'avais mon complément de service, la réponse "nulle part" a suscité des "oh c'est bien!" et même un "alors t'es PP!?". - hum, non, chut, tais-toi...

La semaine qui a suivi m'a "rassurée" sur mes deux collègues d'anglais (Jacqueline est hors jeu). On échange des mails, des documents, on parle régulièrement boulot.

La rentrée des élèves s'est bien passée également. J'ai retrouvé avec une joie à peine dissimulée mes anciens 5e bilangues qui se sont transformés en 4e bilangues bronzés et reposés, ils m'ont fait des phrases au prétérit pour me raconter leur été alors que je demandais rien. Je les aime.

J'ai été un peu déçue de suivre aussi peu de mes anciens 6e en 5e, mais les trois premiers cours se sont très bien passés. Les quelques élèves que j'avais l'an dernier ont donné le la pour les premiers cours, j'aime bien, ils montrent/expliquent comment je travaille aux autres.

J'ai aussi rencontré mes deux autres classes de 4e. Faiiiiiibles. Une faible avec un remueur, et une faible avec du "potentiel"... Ils avaient tous Jacqueline l'an dernier. Dès le 1er cours, j'ai cru comprendre avec des sous-entendus que l'an dernier... l'anglais... c'était pas ça... Bien sûr, ils se sous-estiment pour le niveau de leur anglais, par contre, niveau habitudes de travail... aie... y'a du boulot. Un cours d'anglais c'est en anglais... c'est pas gagné pour tous!

La suite au prochain épisode! ;-)

Voir les commentaires

Published by Beatrix -

Alors que la saison 7 de "How Beatrix became a teacher" est sur le point de débuter, je me rends compte que je n'ai jamais conclu la saison 6.
L'année s'est finie en queue de poisson et avec un arrière goût amer.

Partie du lycée sans dire au revoir après une après-midi où j'ai du surveiller des tiers-temps... 4h de surveillance sans que personne ne vienne me relayer à aucun moment, sans voir âme qui vive dans le couloir (toutes les salles d'examen étaient au premier étage, j'étais la seule au 2e étage) et un candidat qui est resté jusqu'au bout. J'étais épuisée, je suis allée rendre les copies APRES un arrêt aux toilettes, j'ai rendu les copies, je suis sortie du secrétariat en larmes, les nerfs ont craqué, la fatigue a pris le dessus. J'ai envoyé un mail à l'adjoint le lendemain, aucune réponse.


La semaine suivante, je surveillais les tiers temps pour le Brevet au Collège. J'ai été relayée, pas de soucis, mais j'ai appris que les collègues qui sont au secrétariat ont des HSE car ils finissent plus tard que les autres qui ne font que surveiller... je suis sortie après eux les deux fois où j'ai surveillé... il n'y avait plus que le Principal et le Directeur de la SEGPA au secrétariat.
Deux poids, deux mesures.

La première semaine de juillet, nous étions sensés être au collège sur nos heures de présence. J'y suis allée le lundi matin, à 8h... et partie à 9h15. 3 élèves pour tout le collège qui s'amusaient au foyer avec les surveillants. J'ai intérieurement explosé de ne rien faire, je me suis tirée.

Mardi, 10h, nous avions rendez-vous avec les collègues de l'équipe de langue pour parler de la rentrée, du matos, des projets, s'harmoniser sur le travail, la notation, etc.
Arrivée à 9h57, la réunion avait déjà commencée depuis belle lurette "Oh ben tu comprends, on était là depuis 8h nous".

Ah.

J'ai longuement parlé de cette réunion sur twitter, ce mépris généralisé de toute une équipe. J'y allais confiante en me disant que c'était l'occasion de commencer autre chose, que j'allais être là tout le temps à partir de septembre. Non, ils ont passé 45 minutes à me dire "Nous on fait comme ça, et toi? Ah ok, mais nous on fait tous comme ça, ce serait bien que TOUT LE MONDE fasse pareil".

Rien n'allait: ma façon de noter l'oral, d'organiser mes séquences, de suivre le manuel ou pas, de vouloir disposer les tables en îlots, de faire certaines parties du programme, d'évaluer les compétences/de noter les éval, etc

Qu'ils aillent se faire foutre, j'ai mis 6 ans à m'organiser, je change pas tout pour leur faire plaisir.

J'essayais de me justifier, je pensais être avec des gens qui voulaient discuter, puis au bout d'un moment, j'ai arrêté, ça ne servait à rien.

Naïvement je leur ai dit comment s'articulait mes progressions en 5e et 4e, ils les ont critiquées, et bien évidemment, je ne sais absolument pas ce qu'eux font.

J'ai quand même fait un geste, Coordo et Autre-Collègue-Trop-Con me demandait si j'avais pas les CDs d'une méthode qu'ils aiment bien, je les ai, j'ai dit oui et leur ai prêté une clé usb. J'attends un geste en retour et une amélioration avant fin septembre, sinon, je leur rentre sérieusement dans le lard.

Je suis allée à une des deux réunions de fin d'année où je me suis royalement emmerdée, du coup, je ne suis pas allée à la deuxième. Personne ne m'a rien dit, parfait. L'excuse était déjà toute prête quand même (j'étais au lycée pour voir mes élèves qui passaient le bac et avaient les résultat ce jour-là)(en fait, j'étais au lit et c'était très bien).

Le lundi 8, Coordo envoyait un mail. Apparemment, la réunion du vendredi (que j'avais séchée) s'était mal passé quand il avait présenté un projet. Et là, je me suis dit "Bien fait!!", mais aussi "Mince, j'ai raté ça!!"

Le jeudi 11, mon téléphone sonne, sur l'écran je vois écrit "Collège-pourri". J'ai pas répondu. Pas de message. On verra à la rentrée.


A part ça, j'ai passé un excellent été. Des copines de Paris sont venues passer une semaine ici, en Provincie du sud et c'était bien chouette. J'ai passé quelques jours chez mes parents puis suis partie longtemps sous d'autres latitudes.

Plus de nouvelles très vite pour la saison 7 qui commence bientôt!

Voir les commentaires

Published by Beatrix -

Bahut1/collège.

Jacqueline est en arrêt. Jusqu'à la fin de l'année. Je le devine en voyant une remplaçante dans sa salle. La communication règne toujours autant dans ce bahut/dans l'équipe d'anglais. Jacqueline est en arrêt depuis deux semaines, j'avais vu qu'elle n'était pas là depuis quelques jours, la remplaçante est là depuis 4 jours. .

Je sais pas si quelqu'un comptait annoncer/m'annoncer qu'il y a quelqu'un de nouveau en anglais. Bon elle est là pour pas très longtemps, puis c'est la fin, mais bon... ça me semble important.

C'est la remplaçante qui m'a donné toutes ces infos. Oui, je suis allée lui dire bonjour. Je ne sais pas du tout quel accueil les autres lui ont réservé depuis lundi.

Les collègues de langue (entendre coordo + autre-collègue-d'anglais-qui-parle-jamais + collègue-pouf-autre-langue) ont fait acheter quelques babioles: kleenex, colle, feutres, crayons de couleur, patafix. Chouette, des trucs que les élèves perdent tout le temps! Super!!

Ah ben non, pas pour moi. Je suis la dernière arrivée sans salle fixe qui n'est là que pour 12h. Une sous-prof. Donc j'ai rien.

Ah.

Voir les commentaires

Published by Beatrix -

Je suis déçue.

Comme vous le savez, public adoré, je n'ai pas aimé cette année partagée entre deux bahuts, et je n'ai absolument pas aimé aller à bahut2/lycée (je reparlerai de bahut1/collège plus tard).

Ok, les collègues étaient cools, ok, j'avais un emploi du temps super compact, mais les classes de 36 élèves en fin d'aprem (vas-y toi faire de l'oral et de l'interaction) et les copies, non. Sans compter les kilomètres. Je n'étais plus vraiment motivée pour y aller depuis un petit moment, mais bon, conscience pro, tout ça, j'y allais et ai essayé de faire de mon mieux jusqu'au bout.

Sauf qu'il n'y a point de bout. Les Terminales STG n'étaient plus que 22 sur 36 début mai, 18 sur 36 le 27 mai, et UNE sur 36 ensuite. Fin d'année en queue de poisson totale. J'avais prévu des révisions, des petits exos, remettre les choses au clair pour le bac, les rassurer, leur dire au revoir. Rien, personne.

1ère S, tous là jusqu'au conseil de classe mais pénibles jusqu'au bout, en mode "râlons et négocions tout". Après le conseil de classe, j'en ai eu 9 à un cours, puis 2.

En classe, tout le mois de mai, ça râlait, pour tout:

- mes cours

"Mais on fait pas des cours d'anglais on fait de l'histoire en anglais avec vous" - hum, c'est de la civilisation mon petit

"On fait trop d'analyse de doc et de scènes de films" - hum, et? on fait pas assez de texte! Ah.

- mes éval

"Vos consignes sont trop vagues" - bah c'était un type bac

"Vous nous avez pas assez entraînés pour le bac" - bah on en a fait deux et t'es qu'en 1ère

Le pompon étant "Non, mais parler anglais, on sait, nous on veut s'entraîner pour le bac". les deux sont liés, t'sais... et tu as 9,5 de moyenne en anglais. Hum.

- ma notation

"On comprend pas comment vous notez l'oral" - bah tu participes ou tu participes pas / tu bavardes ou tu bavardes pas, point. Vous êtes 36, moi je veux du silence et pas faire cours avec 8 élèves. Réfléchissez.

"On comprend pas comment et pourquoi vous notez la qualité de l'anglais dans les expressions écrites" - phrase à toi bien construite ou pas? Simple être. #Yoda

- mes appréciations

- "On n'a jamais cours avec vous" - tu sais, en avril et mai, y'a beaucoup de jours fériés, sans parler des vacances au milieu, c'est comme ça, et oops, désolée, oui, j'ai été absente pour des réunions pour organiser la CO du bac, pour la corriger, pour faire passer les oraux et vraiment, c'est ballot, j'ai été malade un jour. Promis, la prochaine fois, je serai malade un jour férié et je rattraperai les heures perdues un dimanche.

- le choix du film

Dernier cours en classe entière, ils sont 9. Je leur propose un film. Ils sont ok. Au bout de 30 minutes, 4 dormaient, 2 râlaient que c'était nul, 3 suivaient dont un avec le téléphone. Je leur ai dit que s'ils voulaient pas suivre, on faisait des révisions - se sont réveillés et ont arrêtés de râler. Au bout de 1h05, une élève me demande si c'est bientôt fini - bah euh c'est un film, ça dure 1h40.

J'ai râlé, en leur disant qu'ils ne s'intéressaient à rien à part Fast and Furious 14 et Saw 12.

Mais je suis surtout déçue de leur départ en pointillé. Pas un au revoir, rien. Pas un merci, rien. Pas une vraie coupure bien nette, voilà, c'est fini. Un sentiment d'inachevé. On n'a plus envie de venir, on vient plus.

Dire au revoir?

Et la prof qui s'est tapé 80 bornes le dernier jour pour avoir aucun élève?

J'ai pas aimé ce complément de service en lycée. Vraiment pas.

Voir les commentaires

Published by Beatrix -

Collègue de maths au collège (bahut1), mon âge environ, du genre j'ai tout vu, j'ai tout fait, toujours mieux que les autres, ou pire, et surtout, je me mêle toujours de ce qui me regarde pas:

"Oh mais qu'est-ce que tu as par la joue??"

Je réponds rien.

"Mais qu'est-ce que c'est rouge!"

Moi, sur un air vraiment dépité et en articulant bien comme pour parler à un crétin: "Oui, c'est un bouton".

"Oh mais qu'il est rouge et gros, il doit te faire mal"

Moi, à deux doigts de la baffer, mais je me suis retenue avec un simple "Comme un bouton".

Et elle le fixait.

Et je suis partie.

Voir les commentaires

Published by Beatrix -

Collège de merde.

Récré de 10h, Autre-nouveau-collègue-d'anglais-mais-à-temps-plein-et-qui-me-parle-jamais:

"Beatrix? Tu as la liste de tes élèves qui veulent faire la section euro?"

"euh non, j'ai pas ça"

"ah? qui l'a alors?"

"aucune idée, les PP peut-être".

Et il s'en va.

{Je n'ai jamais eu de liste d'élèves intéressés par la section euro, le Principal a préféré demander aux PP plutôt qu'aux profs de langue.}

10 minutes plus tard, fin de récré. Collègue-d'une-autre-langue:

"Tu es là ce soir à 17h?"

"Euh non, pourquoi?"

"Tu sais pas? Ya la réunion pour le recrutement des sections euros de l'an prochain, le Chef a donné les dossiers à Coordo et Autre-nouveau-collègue, mais ce serait bien que tu viennes, vu que tu les connais bien."

Dégoûtée.

Juste eu l'idée d'ajouter: "Non, je suis pas là à 17h, je finis à midi."

Voilà, voilà... toujours aussi impliquée dans l'équipe par mes collègues comme vous le voyez et aussi bien considérée par la Direction.

Je suis dégoûtée, mais vraiment. Je suis partie à midi, on vient pas me chercher, on me demande pas mon avis, j'apprends toujours les choses par ouï dire ET au dernier moment.

Deg. Finalement, rien n'a changé.

Voir les commentaires

Published by Beatrix -

Ce matin, Compréhension orale avec les 5e.

 

Le personnage ment de façon évidente pour éviter une sortie shopping avec sa tante ou un concert avec une personne qu'elle n'apprécie pas.
Les élèves repèrent les mensonges, super.

She's lying... She's a liar... It's a lie.
Jusque là, tout va bien.

 

Soudain, gentil élève lève la main:

"It's windy..."

 

Incompréhension de ma part...

 

"Ben elle lui met un vent, non?"

 

Ah ok d'accord d'accord...

Voir les commentaires

Published by Beatrix -

Je dessine un mouton au tableau pour faire deviner le mot "sheep" et éviter de donner le mot en français.

 

Elève 1: "Il est bizarre votre mouton..."

Elève 2: "Ouais, on dirait qu'il a muté"

Elève 1: "C'est un muton!"

 

Tout ça pour éviter de donner un mot en français et donc éviter le français.

Râté.

Voir les commentaires

Published by Beatrix -

Il y a l'hiver qui fut long et le printemps qui arrive. La neige semble loin, la bise hivernale aussi, le soleil revient, les journées en t-shirt aussi... Bientôt on aura trop chaud.

 

Il y a les ce chauffage qui tourne à fond des certaines salles et pas du tout dans d'autres. Amplitude thermique de 15° selon les salles...

 

Il y a ces élèves qui jamais n'ouvriront le cahier un fois sortis de la salle, ceux qui ne feront jamais les devoirs, ce qui n'apprendront jamais une leçon. Mais ils offrent du chocolat.

 

Il y a ces élèves qui passent leur temps à dessiner, bavarder, rigoler, qui copient la leçon une fois, la relise une fois à la maison et savent tout par cœur.

 

Il y a ces Terminales STG, 7 ou 8 ans d'anglais, incapables de former une phrase, de sortir du vocabulaire simple, de prononcer correctement les mots basiques. Le bac est dans quelques semaines pour la CO, deux mois pour les oraux, trois mois pour les écrits.

La compréhension orale les terrorise, l'oral les pétrifie, l'écrit non, ça va, c'est dans trois mois, c'est loin.

 

Il y a ces élèves, 6e-Terminales, même combat qui cite Nabila en boucle. OK, c'était marrant pendant deux jours, mais là stop. Faut changer de disque.

 

Il y a ces élèves qui ne fichent rien et qui l'an prochain diront "ouais mais avec Mme Teacher, on fichait rien, on travaillait pas!"

 

Il y a mes petits 6e qui ont déjà baissé les bras, dans la plupart des matières, mais passeront de classe en classe et finiront en boulets de lycée  qui au bout de 7 ou 8 ans d'anglais, seront incapables de former une phrase, de sortir du vocabulaire simple, de prononcer correctement les mots basiques.

 

Il y a ces fichus trajet de bahut 1 à bahut 2... j'en peux plus... j'ai failli m'endormir au volant tellement ça me crève. Un mort sur la conscience pour l'EN? Bof, je sais même pas s'ils se sentiraient concernés... Ça ferait la Une des journaux locaux…

 

Il y a ces collègues... je me questionne toujours autant. Est-ce moi qui ne fais aucun effort?

 

Alors j'ai observé.
Il y a ceux qui ne parlent à personne. Ils viennent pour bosser et c'est tout. Les autres... quels autres?

 

Il y a ceux qui sont là depuis plus ou moins longtemps et ont leur petit groupe d'amis. Ils parlent entre eux, rien qu'entre eux et ignorent les autres. Pas forcément conscients de cette mise à l'écart que nous subissons.

 

Il y a ceux qui parlent à tout le monde et qui soûlent tout le monde; deux specimen dans bahut1. Au début, tu te dis, chic des gens avec qui papoter! Puis après, tu fuis.

 

Il y a les autres nouveaux, qui ne savent pas sur quel pied danser, parler, ne pas parler... on me parle, on me parle pas... et finalement, on se parle entre nouveaux.

 

Il y a les collègues de ta matière, qui selon les cas te parlent tout le temps, de tout, des cours, de la pluie, du beau temps, sont contents de te voir (bahut2) et ceux qui t'ignorent royalement car dans leur bulle ou avec leurs potes (bahut1).

 

Puis il y a les collègues d'une équipe pédagogique, PP en tête, qui viennent te voir ou que tu vas voir pour parler des élèves, des problèmes, etc

 

Alors, j'ai observé.

 

Collègues de maths, 5 personnes. Une seule me parle très régulièrement, nouvelle elle aussi, complément de service aussi. Forcément, ça rapproche.
Une me parle car elle est Prof Principale d'une classe que j'ai, mais juste pour parler de cette classe.

 

Les trois autres, jamais. J'ai essayé de discuter, deux ont environ mon âge, mais non...

 

Collègues de français, 6 personnes. Une pipelette qu'on préfère oublier et éviter. Deux qui ne me parlent jamais. Une PP d'une de mes classes qui me parle très peu. Une qui me paraissait sympa en début d'année mais c'était juste pour me piquer le vidéoprojecteur. Et la dernière, TZR à l'année, nouvelle aussi, on se sent moins seules toutes les deux.

 

Collègues d'histoire-géo, 4 collègues. Deux ne me parlent jamais, pourtant, j'ai essayé avec un des deux car on a deux classes en commun, mais rien... Une nouvelle en complément de service, forcément, on discute - mais elle est partie en congé là. Et une autre collègue absolument adorable.

 

Collègues de Physique Chimie, deux collègues, un que je ne croise jamais et un qui m'a juste parlé la fois qu'on s'est retrouvé ensemble lors d'un stage. Sinon, jamais...

 

SVT, deux collègues, un qui parle jamais - j'ai essayé aussi, on a une heure de trou en commun - une qui parle à tout le monde mais raconte sa vie........

 

Musique, deux collègues, un que je vois jamais, un autre plutôt sympa mais très pris par toutes les activités qu'il monte.

 

Techno, deux collègues. Un très mystique qui ne parle à personne, la 2e toujours pendue au téléphone et toujours à papoter avec ses grandes copines de maths...

 

Arts plastiques, l'autre prof à éviter...

 

EPS, 4 collègues. Un qui ne m'a absolument jamais adressé la parole, deux qui ne parlent pas, un qui ferait mieux de la fermer. Ses "allez, allez, mesdames, messieurs, ça vient de sonner, on y va" à la sonnerie de 16h quand môsieur part.... je peux plus...

 

Collègues de langue...

Deux collègues d'anglais qui ne parlent jamais, avec qui je n'ai jamais échangé un seul document, jamais rien, jamais parlé boulot, rien rien rien. Un collègue d'austro-hongrois adorable qui veut me prendre en voyage avec lui l'an prochain (euh... mais moi je cause pas allemand hein...), et les deux collègues de sangria, un très sympa, l'autre qui me parle que par intérêt (oh tu hbites pas loin du théâtre, tu peux me prendre un programme?)(oh, j'ai vu que...) et Coordo qui depuis mon pavé dans la mare en janvier me parle.

 

Ah oui, en janvier, après avoir reçu trois mails en un week-end faisant référence à "ce dont nous avons parlé plusieurs fois dans la semaine", j'ai explosé, j'ai renvoyé un mail commun leur faisant remarquer que j'avais l'impression de ne jamais être au courant de rien...

 

Ce fut interprété comme de l'agressivité, mais au moins nous en avons parlé. Abcès crevé.

 

En fait, ils me zappaient pas, mais ne pensaient pas que je n'étais pas tout le temps là.

 

Donc maintenant Coordo me parle.

 

OUIIIIIIIIIIII!

 

Victoire!

 

Alors non, nous ne parlons pas de la pluie et du beau temps, de nos week-ends, ou autre, mais je suis au courant de tous les projets d'achat de matériels, de changement de manuels, de réunions, des projets concernant la section euro.
Et c'est un gros progrès d'entendre en salle des profs "Ah, Beatrix, je voulais te voir..."

 

:)

 

Mais sur le lot, ça fait peu quand même :(

Voir les commentaires

Published by Beatrix -

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>
Haut

Job: English Teacher

Péripéties d'une prof d'anglais en collège rock'n'roll qui a plus l'impression de garder des chèvres que de faire cours...

Catégories

Hébergé par Overblog

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog